» Accueil
Imprimer

décembre 2018

 

Quand une  année s'achève, il n'est pas rare de faire une rétrospective des moments positifs ou négatifs qui l'ont jalonnée et d'en tirer un bilan personnel. Mais c'est moins spontanément que nous nous montrons reconnaissants pour toutes les  grâces visibles et invisibles  qui nous ont accompagnés chaque jour et qui, sans elles, ne nous permettraient pas d'être là aujourd'hui pour en recevoir encore davantage. C'est ce à quoi Notre fondatrice nous invite en ce dernier mois : 

 

 La reconnaissance

Une année va s’achever et rejoindre toutes celles que nous retrouverons au seuil de notre éternité. A mesure que le temps passe, un sentiment d’infinie reconnaissance doit grandir dans notre cœur et pénétrer notre pensée.  En effet, du Sacré Cœur de Jésus, comme une source toujours ouverte, un flot ininterrompu de grâces spirituelles et de bénédictions temporelles sont tombées sur nous et nous n’en avons pas eu pleinement conscience. Aussi, pour toutes ces dernières, disons-Lui ‘’Merci’’ !

Merci pour les joies du cœur et de l’esprit, pour les satisfactions de situation, de famille, pour les biens matériels qu’Il nous a prodigués mais aussi pour toutes les épreuves auxquelles nous avons peut-être échappé. Et pourquoi ne pas dire également merci pour les pertes que nous avons subies, les souffrances endurées, les conjonctures délicates du monde ? Job s’écriait : « le Seigneur m’a tout donné, le Seigneur m’a tout enlevé ; que le nom du Seigneur soit béni ! »

Avant tout, c’est l’âme que le Seigneur se plait à combler. Elevons nos idées, rien de ce qui est chrétien ne doit nous laisser indifférents. N’oublions donc pas de le remercier pour tous les bienfaits qu’il a répandus dans son Eglise, pour la communion des saints dans laquelle Il nous fait entrer. Rendons grâces pour ceux qui sont allés au ciel durant cette année, pour les âmes généreuses  et demeurées inconnues qui se sont offertes, sacrifiées pour le salut du monde…

 Le Sacré Cœur veut de notre part une confiance absolue en sa miséricorde mais nous avons abusé de ses dons et commis bien des fautes. Remercions Jésus pour tous les pardons qu’il a accordés à notre sincère repentir, pour toutes les fautes que nous n’avons pas commises grâce au secours providentiel qu’il nous a donné. Peut-être pouvons-nous le remercier pour les progrès spirituels que nous avons faits car Lui seul opère le bien qui se produit en nous : il donne tout à la fois, le vouloir et le pouvoir ! C’est de lui que nous avons reçu toutes les lumières de notre conscience, toutes les bonnes pensées, tous les saints mouvements de notre cœur,  la force dans les tentations, la persévérance dans le bien… Ne laissons passer aucune heure de ce mois sans lui rendre grâce et manifestons notre infinie reconnaissance pour chaque jour passé de cette année où Il n’a cessé d’être présent ! (Sr Marie du Sacré Coeur Bernaud)

Saint temps de l'Avent, dans la joie de la fête toute proche
de la Nativité de notre SEigneur !

 

  Fêtes principales du mois :

 

 2 :           1er dimanche de l’Avent
7 :            1er vendredi du mois dédié au Sacré Cœur de Jésus

8 :            Solennité de l’Immaculée Conception

9 :            S. Juan Diego Cuauhtlatoatzin (2ème dimanche de l’Avent)

12 :           Notre Dame de Guadalupe

13 :          Ste Lucie

14 :          S. Jean de la Croix

25 :          Nativité du Seigneur

25 :          S. Albert Chmielowski  (garde d’honneur)

26 :          S.Etienne

27 :          S. Jean (indulgence plénière)

28 :          Ss Innocents

30 :          Ste Famille

(2 – 9 – 16 – 23 dimanches de l’Avent)

 

L'agenda du mois
L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            
Saint du jour
Mardi 18 Décembre
Fête du jour : Gatien
Réflexion journalière
« Tirer une parole...la garder dans son coeur »

Le Seigneur accomplira des merveilles au milieu de vous.
Jos 3, 5
Actualité du moment

 

Mon coeur est en veille,
le regard tourné vers Béthleem
mon âme épie le bruit 
des pas de Joseph 
et de l'âne qui montent 
le chemin.

Enveloppée dans le lin
de son manteau, Marie
soutient son précieux
fardeau qui tressaille
pour quelques temps
encore en son Sein virginal.

Le cliquetis des sabots,
le chant des oiseaux, 
le bruissement des arbres,
le silence recueilli de Joseph, 
la prière murmurée
aux lèvres de Marie,
tout converge dans l'attente
de L'Enfant qui vient !

Ô mon âme, veille, veille
retiens ton souffle, 
car Ton Dieu se tient
à la porte de ton coeur !
voici qu'Il vient !
Veille, veille !

(Geneviève Vignes)